La nuit introuvable de Gabrielle Tuloup

livre_moyen_370
         Philippe Rey         01 02 2018

Quatrième de couverture :

Nathan Weiss vient d’avoir quarante ans lorsqu’il reçoit un appel d’une inconnue : sa mère Marthe souhaite le revoir en urgence. Cette mère, voilà quatre ans, depuis le décès de son père, qu’il s’efforce de l’oublier. Ce n’est pas un hasard s’il s’est expatrié jusqu’en Slovénie.

Il va pourtant obéir et revenir à Paris. Sa mère a changé : elle est atteinte d’Alzheimer et ne le reconnaît presque plus. Nathan apprend alors que Marthe a confié huit lettres à sa voisine, avec pour instruction de les lui remettre selon un calendrier précis. Il se sent manipulé par ce jeu qui va toutefois l’intriguer dès l’ouverture de la première lettre.

Ces textes d’une mère à son fils, d’une poignante sincérité, vont éclairer Nathan sur la jeunesse de Marthe, sur le couple qu’elle formait avec son mari Jacques, la difficulté qu’elle avait à aimer ce fils envers qui elle était si froide. Tandis qu’il découvre ce testament familial, Nathan se débat avec ses amours impossibles, sa solitude, ses fuites. Et si la résolution de ses propres empêchements de vivre se trouvait dans les lettres que Marthe a semées pour tenter de réparer le passé ?

Dans ce premier roman, d’une écriture sensible et poétique, Gabrielle Tuloup décrit l’émouvant chassé-croisé de deux êtres qui tentent de se retrouver avant que la nuit recouvre leur mémoire.

Mon commentaire :

Ce roman a plusieurs thèmes : fin de vie des parents et Alzheimer, secret de famille, instinct de maternité. C’est bien écrit, il y a un petit suspense, mais je n’ai pas été convaincue.

L’approche de l’Alzheimer est restée très superficielle. Seule est abordée la peur de la mère d’oublier ses secrets, mère toute de même assez manipulatrice. L’auteure étant très jeune est sans doute plus restée dans l’imaginaire que dans le concret de cette terrible fin de vie.

Il m’a été difficile d’admettre les raisons de la froideur de la mère. Je peux très bien comprendre qu’une mère n’aime pas son enfant, pour ça il peut y avoir des tas de raisons, mais comment se retenir de toucher, câliner un petit quand on éprouve des sentiments pour lui? Et si j’étais le fils je ne suis pas sûre que je pardonnerais.

sélection janvier 2018 des 68 premières fois    banderole

Publicités

2 réflexions sur « La nuit introuvable de Gabrielle Tuloup »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s