Ta vie ou la mienne de Guillaume PARA

Ta-vie-ou-la-mienne
Anne Carrière        9 février 2018

Résumé éditeur :

Hamed Boutaleb naît à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Orphelin à l’âge de huit ans, il part vivre chez son oncle et sa tante à Saint-Cloud, commune huppée de l’Ouest parisien. Pour la première fois, une existence sans adversité s’offre à lui. Hamed saisit sa chance et s’épanouit avec une passion : le football. Il brille dans le club de la ville, où il se lie d’amitié avec l’un de ses coéquipiers, François. À seize ans, le jeune homme tombe amoureux de Léa, qui appartient à un autre monde, la haute bourgeoisie. L’amour passionné qui les lie défie leurs différences et la mystérieuse tristesse qui ronge l’adolescente. Hamed touche du doigt le bonheur, mais celui-ci vole en éclats lorsque la jeune fille lui avoue que son père la viole depuis ses douze ans. Une nuit, le père de Léa est blessé au cours d’une agression. Il en restera paralysé. Hamed est rapidement mis en cause avant d’être incarcéré. En prison, où il passera quatre ans, la violence devient sa seule alliée. Par instinct de survie, il refuse de revoir Léa. Lorsqu’elle accouche d’un petit Louis, c’est François qui offre son réconfort à la mère et l’enfant, tandis qu’en détention Hamed sombre dans la haine et la colère. Hamed et Léa se retrouveront, quelques années après. Mais leur amour, toujours présent, suffira-t-il à les réunir?

Mon commentaire : Tragédie contemporaine

C’est une fiction sociale d’actualité qui s’étale sur plus de 20 ans, sans trop de clichés, malgré le triangle amoureux et l’opposition entre jeunes des cités avec ceux des beaux quartiers. Dans ce roman Guillaume PARA nous parle d’amour et de déterminisme social (sans tomber dans les clichés sur la lutte des classes). Un grain de sable vient enrayer ce qui aurait pu être un conte de fée et ça vire au cauchemar. La violence est omniprésente. Elle entraîne notre héros, parfois bien malgré lui, sur des chemins de traverse dont il aura beaucoup de mal à s’extraire et, malheureusement, pas toujours l’envie.

La description du milieu carcéral est d’une violence terrifiante mais certainement proche de la réalité. Ce n’est pas là qu’on risque de sortir de son milieu social.

L’écriture de Guillaume PARA est efficace et des rebondissements nous tiennent en haleine jusqu’à la fin.

Petit bémol: il y a un peu trop de foot à mon goût!

Encore un primo-romancier à suivre!

Sélection janvier 2018 des 68 premières fois  banderole

Publicités

Une réflexion sur « Ta vie ou la mienne de Guillaume PARA »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s