OÙ BAT LE CŒUR DU MONDE de Philippe Hayat

réduit
Calmann Lévy   14/08/2019

♥♥♥♥

Résumé éditeur :

« Sa musique décrivait un coin du ciel, une façade éclaboussée de lumière, invisibles sans jazz. Il jouait et la joie se réveillait d’un rien et de partout. »
À Tunis dans les années trente, Darius Zaken est frappé de mutisme après la disparition brutale de son père. Élevé par sa mère Stella qui le destine aux plus hautes études et sacrifie tout à cette ambition, il lutte pour se montrer à la hauteur. Mais le swing d’une clarinette vient contredire la volonté maternelle. Darius se découvre un don irrésistible pour cet instrument qui lui redonne voix. Une autre vie s’offre à lui, plus vive et plus intense.
De la Tunisie française aux plus grandes scènes du monde, en passant par l’Europe de la Libération et l’Amérique ségrégationniste, cette fresque est
un magnifique roman d’initiation et d’émancipation, mené au rythme étourdissant du jazz.
Mon commentaire :

Après un premier chapitre un peu rébarbatif pour moi qui ne suis absolument pas musicienne j’ai laissé le roman quelques jours pour me retrouver dans un bordel de New York en 1946 avec un énigmatique musicien de jazz. Intriguée j’ai repris la lecture pour ne plus lâcher le récit d’une incroyable destinée. J’ai été emportée par les aventures de Darius Zaken, un jeune juif de Tunis traumatisé par la mort de son père assassiné sous ses yeux, ce qui l’a rendu muet. Sa passion dévorante pour la clarinette le conduit de Tunis aux USA en passant par la Sicile en guerre. Il devient un musicien fabuleux qui côtoie tous les grands jazzmen de l’après-guerre. Le personnage crée par Philippe Hayat est si vrai, dans ce milieu du jazz américain gangrené par la drogue et l’alcool, que j’ai eu du mal à réaliser qu’il n’avait pas existé.

Un des fils directeurs de ce roman est la relation mère-fils. Dans la communauté juive de Tunis les mères n’ont qu’un rêve : que leurs fils intègrent le meilleur lycée et fassent des études. L’amour de la mère de Darius est inconditionnel mais aussi étouffant. Ce récit est celui de l’émancipation du jeune garçon parti au loin pour se réaliser pleinement, le métier de musicien n’étant pas ce qu’elle avait envisagé pour lui. Même à l’autre bout du monde il continue à lui porter un amour presque exclusif. Un autre très beau personnage est l’épouse et je regrette que Philippe Hayat n’est pas plus développé ce caractère car il semble bien que c’est elle qui l’a poussé et porté tout au long de sa carrière de musicien.

Ce roman de Philippe Hayat est aussi un hommage au jazz et à tous les grands jazzmen bien que pour moi il y ait beaucoup trop de détails musicaux. A conseiller à tous les amateurs de jazz.

Merci aux éditions Calmann Lévy et à NetGalley   pro_reader_120
#OùbatLeCœurDuMonde #NetGalleyFrance

429 pages

EAN : 9782702167304

 

Une réflexion sur « OÙ BAT LE CŒUR DU MONDE de Philippe Hayat »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s