Cadavre exquis de Agustina Bazterrica

20190810_191811_001 - Copie
       Flammarion        21 août 2019

Titre original: Cadàver exquisito

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Margot Nguyen Béraud.

Quatrième de couverture :

Un virus a fait disparaître la quasi-totalité des animaux de la surface de la Terre. Pour pallier la pénurie de viande, des scientifiques ont créé une nouvelle race, à partir de génomes humains, qui servira de bétail pour la consommation. Ce roman est l’histoire d’un homme qui travaille dans un abattoir et ressent un beau jour un trouble pour une femelle de «première génération» reçue en cadeau. Il est irrésistiblement attiré par elle, même si tout contact inapproprié avec ce qui est considéré comme un animal d’élevage est passible de la peine de mort. À l’insu de tous, il va peu à peu la traiter comme un être humain.
Le tour de force d’Agustina Bazterrica est de nous faire accepter ce postulat de départ en nous précipitant dans un suspense insoutenable. Roman d’une brûlante actualité, tout à la fois allégorique et réaliste, Cadavre exquis utilise tous les ressorts de la fiction pour venir bouleverser notre conception des relations humaines et animales.

Mon commentaire :

Déconcertant. Inclassable. Dérangeant. Mais très intéressant.

Agustina Bazterrica surfe-t-elle sur la vague du véganisme pour nous écœurer à tout jamais de la viande? Plusieurs fois j’ai été tenté de refermer le livre en me disant « non, là c’est trop » et puis je reprenais, le chapitre suivant m’amenant vers une problématique nouvelle. 

A quel degré doit-on lire cette fable assez abjecte? Deuxième, troisième? Dans cette dystopie très particulière, de nombreux animaux ont été décimés par un virus. Pour pallier le manque de viande animale et aussi résorber le problème de la surpopulation humaine, les hommes recourent au cannibalisme, et créent une race de sous-hommes élevés comme du bétail. C’est choquant à l’extrême, mais il est difficile de ne pas penser aux expériences nazis et à l’esclavagisme, quand les maîtres estimaient que leurs esclaves n’avaient pas d’âme. Certains chapitres m’ont rappelé les expériences faites sur les animaux et la cruauté de l’homme envers toutes les autres espèces.

Ce récit inhabituel amène à réfléchir et c’est son grand intérêt. Dépassez le côté gore pour lire Cadavre exquis, au delà les horreurs décrites il y a matière à réflexion !

Lu dans le cadre des explorateurs de la rentrée littéraire 2019 de Lecteurs.com

304 pages

ISBN : 9782081478398

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s