J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi de Yoan SMADJA

9782714481009ORI reduit
Belfond   04/04/2019

Coup de cœur  ♥♥♥♥♥

Quatrième de couverture :

Printemps 1994. Le pays des mille collines s’embrase. Il faut s’occuper des Tutsi avant qu’ils ne s’occupent de nous.
Rose, jeune Tutsi muette, écrit tous les jours à Daniel, son mari médecin, souvent absent. Elle lui raconte ses journées avec leur fils, Joseph, lui adresse des lettres d’amour. Jusqu’au moment où écrire devient une nécessité pour se retrouver. Obligée de fuir leur maison, Rose continue de noircir les pages de son cahier dans l’espoir que Daniel puisse suivre sa trace.
Sacha est une journaliste française envoyée en Afrique du Sud pour couvrir les premières élections démocratiques post-apartheid. Par instinct, elle suit les nombreux convois de machettes qui se rendent au Rwanda. Plongée dans l’horreur et l’indicible, pour la première fois de sa vie de reporter de guerre, Sacha va poser son carnet et cesser d’écrire…
Dans ce premier roman bouleversant d’humanité, Yoan Smadja raconte le génocide des Tutsi du Rwanda à travers le regard de deux femmes éblouissantes, Rose et Sacha, qui, sans le savoir et par la seule force de leur plume, vont tisser le plus beau des liens, pour survivre à l’inhumain.

Mon commentaire :

Magnifique premier roman.

1994, 25 ans déjà. D’autres auteurs ont raconté le génocide rwandais mais Yoan SMADJA apporte sa touche toute personnelle en faisant s’entremêler les récits de deux femmes très différentes. La première, Sacha, une Française, reporter de guerre se retrouve un peu par hasard au cœur du Rwanda pendant la période la plus critique. Elle décrit et explique de l’extérieur les montées de la haine jusqu’à l’indicible. La seconde, Rose, est une jeune Tutsi qui, ne pouvant parler, écrit de magnifiques lettres à son mari. Sans nouvelles de lui ni de son bébé, du cœur du génocide, elle écrit pour survivre.

Les parties consacrées à la journaliste sont claires, précises, elles expliquent sans ennuyer et gardent leur part d’humanité. Les lettres de Rose sont belles et poétiques. Les deux tons se complètent très bien et font naitre beaucoup d’émotion. C’est un roman coup de poing dont on ne peut sortir indemne mais qu’il faut lire pour ne pas oublier.

 

Sélection second trimestre 2019 des 68 Premières fois.   logo

Sélection du prix des clubs de lecture de Saint-Germain-en-Laye

288 pages

EAN : 9782714481009

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s