Laissez-nous la nuit de Pauline Claviere

9782246822127-001-T
Grasset   15/01/2020

Résumé éditeur :

Le destin donne parfois d’étranges rendez-vous. Pour Max Nedelec, la cinquantaine, patron d’une imprimerie en difficulté, tout bascule un matin d’avril , quand des policiers viennent sonner à sa porte. C’est le printemps, une douce lumière embrasse son jardin.
Un bordereau perdu, des dettes non honorées, beaucoup de malchance et un peu de triche. La justice frappe, impitoyable.  Max Nedelec quitte le tribunal et ne rentrera pas chez lui. Vingt-quatre mois de prison ferme : il s’enfonce dans la nuit.
Là-bas, le bruit des grilles qui s’ouvrent et se ferment marquent les heures  ; là-bas, on vit à deux dans 9m2  ; là-bas, les hommes changent de nom et se déforment : il y a Marcos, une montagne au cœur tendre avec qui Max partage sa cellule  ; Sarko, inquiétant maître qui règne sur la promenade…; le Serbe qui trafique et corrompt tout  ; Bambi, le jeune syrien sous la coupe des puissants  ; le trio indomptable qui s’est fait baptiser «  la bête  »  ; et tous celles et ceux qui traversent cet univers parallèle, Françoise, la médecin, les gardiens, l’aumônier puni et le directeur.
Dans la nuit se révèlent les âmes  : ce premier roman d’une incroyable maitrise nous plonge dans les arcanes d’un monde inversé, avec ses lois propres. Mais il y a aussi une lumière, une tendresse, des passions  : un livre saisi entre deux portes, une messe aux lourds trafics, un jeune cousin devenu avocat , Mélodie la petite fille grandie d’un coup, le souvenir doux de l’ancienne passion… Bienvenue aux âmes perdues et retrouvées.

Mon commentaire :

Surtout payons bien tous nos impôts et amandes pour ne pas nous retrouver comme le pauvre Max incarcéré dans ce monde de non-droits que sont nos prisons. Tout au long de plus de 600 pages Pauline Clavière dépeint la noirceur de lieux et de personnes que je ne veux pas connaître. Je ne sais pas quelles sont ses connaissances en matière carcérale mais elle ne nous épargne rien. En dehors du quotidien de ces lieux infâmes il n’y a pas beaucoup d’intrigue dans ce roman.

La langue employée est très simple avec beaucoup de phrases sans verbes et quelques fautes de français que les correcteurs de Grasset auraient dû voir!

Ça m’arrive rarement mais j’ai calé avant la fin.

Merci aux Éditions Grasset et à NetGalley   pro_reader_120

#Laisseznouslanuit #NetGalleyFrance

624 pages

EAN : 9782246822127

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s