Le cerf-volant de Laetitia Colombani

Coup de cœur

♥♥♥♥♥

Grasset

9 Juin 2021

208 pages

EAN : 9782246828808

Résumé éditeur :

Après le drame qui a fait basculer sa vie, Léna décide de tout quitter. Elle entreprend un voyage en Inde, au bord du Golfe du Bengale, pour tenter de se reconstruire. Hantée par les fantômes du passé, elle ne connait de répit qu’à l’aube, lorsqu’elle descend nager dans l’océan indien. Sur la plage encore déserte, elle aperçoit chaque matin une petite fille, seule, qui joue au cerf-volant.
Un jour, emportée par le courant, Léna manque de se noyer. La voyant sombrer, la fillette donne l’alerte. Léna est miraculeusement secourue par la Red Brigade, un groupe d’autodéfense féminine, qui s’entraînait tout près.
Léna veut remercier l’enfant. Elle découvre que la petite travaille sans relâche dans le restaurant d’un cousin, qui l’a recueillie et l’exploite. Elle n’a jamais été à l’école et s’est murée dans un mutisme complet. Que cache donc son silence? Et quelle est son histoire? …
Aidée de Preeti, la jeune cheffe de brigade au caractère explosif, Léna va tenter de percer son secret. Jadis enseignante, elle se met en tête de lui apprendre à lire et à écrire. Au cœur de ce monde dont elle ignore tout, commence alors une incroyable aventure où se mêlent l’espoir et la colère, la volonté face aux traditions, et le rêve de changer la vie par l’éducation…
La rencontre inoubliable et réparatrice entre une femme, une jeune fille et une enfant au milieu d’une Inde tourmentée.

Mon commentaire :

Le cerf-volant est un magnifique plaidoyer pour le respect de la femme indienne et son émancipation par l’instruction.

Léna fuit la France après la disparition brutale de son mari. Désemparée par ce vide, elle part en Inde, croyant y trouver un certain apaisement. Mais ce pays n’est pas celui des rêves qu’elle avait fait avec son mari. De sa plume sensible, Lætitia Colombani décrit tout à fait le désarroi que j’ai éprouvé il y a 45 ans en arrivant en Inde, la chaleur, la foule grouillante, la misère crasse. En dehors du téléphone portable peu de choses ont changé pour les pauvres.

Léna rencontre Lalita,une enfant-esclave murée dans le silence, et Preeti, une jeune femme cheffe d’une brigade féminine d’auto- défense. Toutes deux font partie des Intouchables. Léna prend alors conscience de la malédiction de naître femme en Inde, en particulier dans cette non-caste. L’école est obligatoire, mais pas pour ces femmes-là. En bonne Occidentale, elle est révoltée par le non respect des droit de l’enfant, les mariages forcés très jeunes et les ribambelles d’enfants qui s’en suivent, l’analphabétisme, les viols nombreux. Ancienne enseignante elle pense qu’il faut instruire les enfants et crée une école. Ses idées généreuses se heurtent aux coutumes. Les parents, hommes comme femmes, ne veulent rien changer à la tradition. Se pose d’ailleurs le problème de sa légitimité. A-t-on le droit d’imposer ce qui nous semble juste à une autre civilisation? Mais peut-on ne rien faire?

Lætitia Colombani connaît bien l’Inde et son roman est un témoignage poignant. Lalita porte le même prénom que la petite fille de La tresse et ce n’est certainement pas un hasard. Il faudrait de nombreuses Preeti pour faire bouger la société.

Merci aux Éditions Grasset

et à NetGalley

#Lecerfvolant #NetGalleyFrance

2 réflexions sur « Le cerf-volant de Laetitia Colombani »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s