Les possibles de Virginie Grimaldi

Fayard

12/05/2021

378 pages

EAN : 9782213717074

Version Audiolib

Lu par Audrey Sourdive

Durée : 7h03

07/07/2021

Résumé éditeur :

Juliane n’aime pas les surprises. Quand son père fantasque vient s’installer chez elle, à la suite de l’incendie de sa maison, son quotidien parfaitement huilé  connaît quelques turbulences.
Jean dépense sa retraite au téléachat, écoute  du hard rock à fond, tapisse les murs de posters d’Indiens, égare ses affaires, cherche son chemin.
Juliane veut croire que l’originalité de son père s’est épanouie avec l’âge, mais elle doit se rendre à l’évidence: il déraille.
Face aux lendemains qui s’évaporent, elle va apprendre à découvrir l’homme sous le costume de père, ses valeurs, ses failles, et surtout ses rêves.
Tant que la partie n’est pas finie, il est encore l’heure de tous les possibles.

Mon commentaire :

Virginie Grimaldi explore un nouveau pan de nos quotidiens dans ce roman où Juliane, une jeune femme, se trouve confrontée au vieillissement de Jean, son père. Juliane, dont le fils est autiste, accepte de prendre Jean chez elle le temps des travaux de remise en état de sa maison. Le grand-père et l’enfant s’accordent à merveille. Pour la fille c’est plus compliqué, il faut dire que le père a toujours été un personnage haut en couleur, fantasque, un brin déjanté et j’ajouterais absolument invivable.

Voir ses parents vieillir, les voir souffrir et les savoir en fin de vie est toujours un cap difficile à aborder. Les voir perdre pied peu à peu, quand il s’agit de dégénérescence du cerveau, est encore beaucoup plus dur. Virginie Grimaldi a su traiter ce sujet avec délicatesse. Dans ce roman, elle aborde également le problème du handicap et de l’acceptation de la différence.

Les romans feel-good (mais pour moi celui-ci n’en est pas un) ne sont pas mon truc. Avec Virginie Grimaldi dont la générosité et l’humour bon-enfant m’emporte chaque fois je ne boude cependant pas mon plaisir. Ses personnages sont bien campés, spontanés et émouvants. Son écriture est agréable, avec une légèreté qui n’occulte pas le sérieux des grands drames de la vie. Ce récit, écrit à la première personne, est très vivant, imagé, bienveillant. Et puis cette Juliane qui mange chaque fois qu’elle va mal, je ne peux que la comprendre et l’aimer!

J’ai écouté ce roman dans sa version Audiolib, lu par Audrey Sourdive. La plupart du temps j’ai aimé son phrasé, sa manière de lire sobrement, laissant toute liberté à mon imaginaire. Mais j’ai été plus que agacée pour les dialogues du père, chaque fois elle prenait une voix trop forte, trop gouailleuse, trop tout! Avec la mère le ton mielleux ne sonnait pas plus juste. J’aime trop me laisser guider par mon imagination et pour cela il me faut un lecteur le plus neutre possible.

Merci à Audiolib

et à NetGalley

#LesPossibles #NetGalleyFrance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s